Article du Quotidien du Médecin sur le CRTS

Article du Quotidien du Médecin sur la prise en charge pluridisciplinaire  au CRTS

Retrouvez ci dessous l’article du Quotidien du Médecin sur la prise en charge pluridisciplinaire  au CRTS

La prise en charge pluridisciplinaire au CRTS, centre qui regroupe la plupart des spécialités en lien avec les troubles du sommeil permet d’orienter au mieux le patient et d’éviter des délais diagnostiques et thérapeutiques parfois longs…

 

Les cycles du sommeil

Les cycles du sommeil

Les cycles du sommeil

Le sommeil fait partie intégrante de notre vie. Nous passons 1/3 de notre vie à dormir. Un sommeil réparateur est essentiel à notre récupération physique et psychologique.

Pour certaines personnes le sommeil arrive très rapidement mais, par contre, pour d’autres dormir relève parfois d’un véritable parcours du combattant.

Il faut savoir que nous nous endormons approximativement à la même heure et nous réveillons, le lendemain, sensiblement à la même heure aussi. Ceci s’explique par le fait que notre cycle du sommeil est réglé par le cerveau qui contient, dans l’hypothalamus, de vraies horloges.

Notre sommeil se décompose en quatre phases bien distinctes. Un cycle comporte une durée moyenne de 90 à 100 minutes et une nuit comprend 4 à 6 cycles, suivant la durée du sommeil. La première partie du sommeil est riche en sommeil lent profond tandis que la deuxième partie est composée par une alternance de sommeil lent léger et paradoxal.

L’endormissement :

Il s’agit de l’état de transition entre l’éveil et le sommeil. La respiration se fait plus lente, les muscles se décontractent et la conscience diminue. Le dormeur n’a pas réellement l’impression de dormir, il s’agit plutôt de somnolence. Durant ce stade, les muscles peuvent manifester des petites contractions avec, fréquemment, une impression de tomber dans le vide.

Cette phase dure, en moyenne, vingt minutes.

Le sommeil léger :

Comme l’indique son nom, il n’est pas très profond et représente, en général, la moitié du temps total de sommeil. A ce stade, il est encore aisé de se réveiller, un léger bruit ou une lumière peuvent y suffire, pourtant, le dormeur se rappelle avoir dormi. Progressivement, les activités oculaire et musculaire diminuent.

Un électro-encéphalogramme pratiqué, montrerait des figures caractéristiques permettant de prouver que la personne dort.

Le sommeil profond :

Le dormeur est complètement coupé du monde extérieur par le sommeil. Il est alors très difficile de le réveiller. C’est la période du cycle du sommeil où s’effectue la récupération de la fatigue physique emmagasinée. Il s’agit donc d’une phase primordiale car la totalité de l’organisme se repose et récupère. Le cerveau épand des ondes. Cette phase du sommeil correspond à 20 % du sommeil total. Le rêve peut se produire à ce stade mais il sera alors moins recherché et le dormeur ne s’en souviendra pas à son réveil.

Un électro-encéphalogramme ferait apparaître des ondes amples et lentes, prouvant la profondeur du sommeil.

Ce sommeil a une durée d’environ 90 minutes.

Le sommeil paradoxal :

Cette phase est nommée paradoxale car le dormeur alterne des signes de sommeil très profond et des signes d’éveil : expressions du visage, respiration irrégulière et activité cardiaque élevée. Ces signaux indiquent une parasomnie (trouble du sommeil) ou, plus fréquemment, le mystérieux phénomène nocturne qu’est le rêve.

Ce type de sommeil représente un quart du sommeil total.

A ce stade, l’activité du cerveau est intense et assez similaire à celle de l’éveil avec des mouvements oculaires rapides et saccadés. Paradoxalement, d’où le nom, le corps est totalement inerte avec une immobilité des muscles contrastant fortement avec une activité cérébrale très intense.

 

Le Bruxisme grincer des dents la nuit

Le Bruxisme grincer des dents la nuit

Le bruxisme : grincer des dents la  nuit 

Le bruxisme se manifeste par des contractions nocturne généralement  involontaire, de la mâchoire, le serrement et / ou le grincement des dents. Ce grincement de dents nocturnes et répétés entraîne une usure prématurée des dents et des douleurs de la mâchoire par contraction musculaire.

En savoir +
somnolence au volant attention danger

Somnolence au volant

La somnolence au volant est la 1ère cause d’accidents mortels sur autoroutes (1 accident sur 3).
Plus d’1 accident sur 2 provoqué par la somnolence a lieu de jour et 20% des accidents sont liés à un endormissement au volant.

En savoir +